Vous pouvez aller sur le site de notre ex-association: Drôme'Ader pour découvrir notre journal de bord, des photos, vidéo et autres renseignements... Petite vidéo souvenir de notre équipage :

Tout d'abord, le 4L Trophy c'est un évènement assez énorme, dépaysant un truc de fou !

Je vais parler ici de mon expérience, de ma 4L, de mon association. Ceci peut varier suivant les équipes. Aussi des erreurs ont pu se glisser dans ce texte, il est basé sur mes souvenirs.

  1. Préparation
    • Budget
    • Nous avons absolument tout compté pour le raid. Ça peut donner une idée des dépenses et recettes que l'on peut obtenir.

      Dépenses :

      • Inscription 4L Trophy : 2 940 €
      • Frais pendant le raid (essence, autoroute, nourriture sur place…) : 1020 €
      • Achat de la voiture : 800 €
      • Matériel pour la voiture : 500 €
      • Achat stylos : 470 €
      • Assurance : 180 €
      • Carte grise : 163 €
      • Contrôle techniques (antipollution et classique) : 95 €
      • Parution au Journal Officiel : 40 €
      • Total : 6208 €

      Recettes :

      • Vente de stylos : 2760 €
      • Vente de la voiture: 1400 €
      • Dons des entreprises, écoles, partenariat : 1860 €
      • Total : 6020 €

      Soit un solde de -188 €. On est à peu près rentré dans nos frais compte tenu de la somme totale.

    • Créer une association : pourquoi ? comment ?
    • Je pense que passer par l'intermédiaire d'une association est indispensable. Cela donne une valeur officielle et un engagement vis à vis des potentiels sponsors. Pour créer une association c'est assez simple mais ça demande toute la paperasse suivante à apporter au service des associations de votre préfecture :

      • La déclaration initiale de création : contient le nom, l'objet, les membres du bureau de l'association.
      • Le procès verbal de création d'une association : une sorte de compte rendu de la première assemblée générale constitutive.
      • Les statuts: Renseigne le nom de l'association, son objectif et son fonctionnement interne. C'est le document le plus important qu'il faut soigner.
      • Le bon d'insertion au journal officiel : payant, c'est un forfait pour l'insertion et la dissolution de l'association.

      Il faut savoir que l'insertion au Journal Officiel est payante. Je crois qu'elle est obligatoire pour avoir un numéro INSEE. Par contre la demande du numéro INSEE est gratuite. Et je crois que le numéro INSEE est obligatoire pour recevoir des subventions de collectivités territoriales. Nous ça ne nous a pas servi, donc on aurait peut-être pu éviter de payer ces frais. Aussi dans le cadre de ces subventions il faut rendre les comptes financiers de l'association.

      Suite à la création de l'association on reçoit un récépissé de la préfecture. Il servira à justifier de l'existence légale de l'association, par exemple pour ouvrir un compte bancaire.

      Pour être apte à recevoir des dons déductibles des impôts l'association doit répondre à certains critères. Pensez pour ça pensez à soigner l'objectif de votre association dans les statuts pour être en accord avec ces contraintes. Le plus difficile à avoir est que l'association ne doit pas profiter à un cercle restreint de personnes. Ouvrir l'association à tous ceux qui veulent participer au 4L Trophy peut-être une solution.

    • Le compte bancaire
    • Avoir un compte bancaire dédié à l'association aide à mieux gérer le budget de celle ci en voyant réellement des recettes/dépenses. Il faut savoir que les associations sont généralement dans les parties professionnelles des banques. Ceci implique une tarification différente des particuliers. Il faut donc faire attention aux frais comme les comptes sur internet, le chéquier, les frais de tenue de compte... qui sont généralement gratuits pour les particuliers mais pas forcément pour les associations. Vous pouvez tenter de négocier un apport financier de bienvenue de la part de la banque ou une gratuité des services que vous voulez utiliser.

    • Trouver des sponsors
    • Voilà le nerf de la guerre dans la préparation du 4L Trophy : trouver des entreprises prêtes à vous soutenir matériellement et financièrement. Je ne vous cache pas que c'est la partie la plus dure.

      Soutient matériel : vous pouvez demander à des entreprises de vous donner du matériel dans leur domaine d'activité. Généralement elles sont plutôt ouvertes à ce type de sponsoring. Ceci permet si ce n'est recevoir de l'argent, ne pas en dépenser. Nous avons pu avoir gratuitement les pneus, la peinture, les plaques de désensablement, des pièces mécaniques... Nous avons aussi eu un partenariat avec un lycée automobile pour préparer la voiture. Pourquoi pas un garage ? Les entreprises seront contentes d'avoir leur logo sur la voiture.

      Soutient financier : j'étais parti très motivé de ce côté et je suis vite revenu à la réalité. Il est très dur d'avoir de l'argent des entreprises. Elles reçoivent des dizaines de demande de sponsoring par semaine ! En fait pour arriver à avoir un soutient financier d'une entreprise c'est par les relations. Demander à vos proches s'ils connaissent un patron ou quelqu'un de bien placé dans une entreprise pour faire une demande. Les seules entreprises qui nous ont aidé financièrement ont été contactées par ce biais. Les entreprises s'en fichent - selon mon expérience - d'avoir un logo sur une 4L qui participe à un raid humanitaire. Aussi l'année ou nous sommes parti la crise était à son summum, c'est peut-être une explication, mais je pense que c'était juste un prétexte. Nous avons aussi reçu le soutient financier de nos écoles. Vous pouvez aussi solliciter des organismes patronaux, votre mairie, conseil général... Certaines entreprises proposent des bourses pour participer au 4L Trophy, par exemple Total, le Crédit Mutuel... Vous pouvez organiser des actions dans des centre commerciaux, centres ville, vendre des stylos du 4L Trophy auprès des particuliers...

      Préparer une plaquette de présentation de votre équipe et du raid en général est obligatoire. Il faut que les entreprises aient quelque chose à se mettre sous la dent pour vous connaître et comprendre votre action. Je ne pense pas qu'il faille donner un prix à chaque partie de la voiture comme beaucoup le font. Personnellement ça choque de voir ça, on met tout de suite en avant qu'il n'y a que l'argent qui nous intéresse.

    • Trouver des fournitures scolaires
    • Nous avons fait des demande à toutes les grandes surfaces autour de chez nous pour faire une collecte de fournitures scolaires : sans résultat. Ceci est compréhensible, elles aussi en reçoivent des dizaines et privilégient des grandes actions (ex: restos du cœur). Mais essayer ne coute pas grand chose. Nous avons pu faire une collecte par un regroupement d'équipages de Grenoble-INP dans une grande surface. L'association organisatrice avait des relations avec elle ? Je ne sais pas. En tout cas, en une journée de collecte nous avons eu assez de fournitures pour 7 équipages grâce à la générosité des clients.

    • Préparation de la voiture
    • Une bonne préparation de la voiture est indispensable. Ce n'est pas trop mon domaine mais je vais tenter d'éclaircir un peu la chose. Déjà il faut partir sur une base saine : bonne mécanique, pas de corrosion importante notamment sous le plancher conducteur et passager ainsi que derrière les roues avant. Pensez à sangler la batterie. Assurez-vous que tout est bien serré au niveau du moteur. Pendant le raid il y a énormément de vibrations, on a eu 2 silentbloc qui se sont desserrés, puis ont lâchés pour finalement casser un des cardans. Je ne pense pas qu'un filtre à air déporté soit indispensable avant le carburateur. On a juste mis un bas et ça c'est très bien passé. Tous les soirs on passait un coup de soufflette sur le filtre à air (de l'intérieur vers l'extérieur pour ne pas faire rentrer encore plus la poussière). Vous pouvez prévoir pas mal de pièces de rechange. Les pièces de rechange les plus demandées étaient les joints de carbu, amortisseurs, radiateurs, allumage, vis platinée, pompes à essence et eau, cardans, câbles, courroies...

  2. Pendant le 4L
    • Vérifications
    • Certains essayent de frauder mettant en commun du matériel. Sachez que les organisateurs mettent un coup de marqueur indélébile sur les fournitures obligatoires. Une personne vend de l'outillage que certains auraient oublié (ex: sangles, anneaux de remorquage). Faîtes attention d'être en règle au point de vue de la préparation de la voiture : ils ouvrent le capot. Du côté administratif pensez à tous vos papiers: passeport, assurance...

      Les organisateurs ne sont pas regardant sur la quantité de fournitures scolaires apportées. Du moment qu'ils en voient c'est bon, ils ne vont pas aller peser combien on en a ni regarder le contenu.

    • Le départ
    • La route depuis le village départ jusqu'à Gibraltar se fait en autonomie. Attention, il a pas mal d'accidents sur la route, ça serait dommage de s'arrêter là. Ça ne sert à rien de rouler trop vite mise à part abimer la voiture. 110 km/h sur l'autoroute me parait un maximum. A Algésiras l'organisation affrète 3 bateaux. Les villages départ de Bordeaux avaient droit au premier bateau (héhé). Pensez à élever le plafond de votre carte bleue et avoir un peu d'argent liquide. Au retour par le sud de l'Espagne les autoroutes ne prennent que du liquide. Il faut aussi en prévoir pour les échanger contre des dirhams.

    • Comment avoir des dirhams ?
    • Il faut savoir que les dirhams ne sortent pas du Maroc, donc aucune possibilité de changer en France. Il y a un change sur le bateau par échange de liquide (pas de CB). 10 dirhams représentent environ 1 €. Nous avons échangé 150 € ce qui a suffit. Il faut prévoir l'autoroute marocaine, l'essence, les frais divers et les cadeaux. Attention à ne pas trop changer d'argent, il n'y a pas de possibilité de changer des dirhams contre des euros sur le bateau du retour. Je ne sais même pas si on peut.

    • Comment ça se passe en général ?
    • Le matin on se lève suivant notre numéro d'équipage. Il y a un roulement pour que tout le monde ne parte pas en même temps suivant les jours. A partir du Maroc on a le droit à un petit déjeuner : pain marocain (peut-être de la confiture ou autre mais pour nous c'était pain local et Nutella ;-) ). On part avec 2 bouteilles d'eau par personne chaque jour donné au check-point.

      Ensuite on suit un road-book qui n'est pas forcément évident. Souvent la consigne c'est du type "Tournez à droite 1,2 km après le puis". C'est franchement difficile quand il y a des caps à suivre et pas de chemins ou des chemins qui vont presque dans la même direction. Il suffit que le premier se plante pour que tout le monde se plante. C'est arrivé plusieurs fois. Résultat: ensablements en pagaille c'est assez marrant. Un jour l'organisation a mal fait son travail : énormément de voitures se sont retrouvées ensablées, donc passage impossible pour les autres, donc du retard sur le planning. La nuit a fini par tomber alors qu'on devait suivre un cap puis prendre comme point de repère une antenne lointaine. Dans la nuit c'est impossible. On s'en est sortis tant bien que mal mais avec pas mal de la casse sur la voiture. Certaines voitures ont dû être abandonnées parce-que irréparables.

      Ce qui est regrettable est que beaucoup d'enfants se mettent en travers de la route pour empêcher le passage des voitures et demander des stylos, bonbons ou dirhams. L'organisation recommande de ne rien leur donner car souvent les grands frères récupèrent ces dons pour les revendre et se faire de l'argent.

      La journée on a le temps de découvrir du pays. On fait comme on veut pour le repas du midi : manger notre propre nourriture ou découvrir la cuisine locale dans les bouibouis. Le paysage est vraiment magnifique. Le soir on passe le check-point d'arrivée. Un écran géant nous attend avec toute les tentes géantes de la caravane du 4L qui servent à nous accueillir pour le repas du soir. Le repas a toujours été bon. C'est généralement des légumes avec de la viande et une orange énorme en dessert. On dort sous tente. Pour nous il a gelé la première nuit, donc il faut prévoir un bon duvet et si besoin une couverture se survie.

    • Ravitaillement en essence
    • Pour le ravitaillement en essence il y a un camion Total tous les soirs sur le bivouac. On paye en euro, le prix était de 1,1 €/L. Sinon il y a régulièrement des stations service le long de la route (sauf certains moments, notamment la partie en autonomie de deux jours dans le désert). Il faut faire attention certaines stations rajoutent de l'eau dans l'essence, vous le saurez si de la fumée blanche sort du pot d'échappement.

    • Commodités
    • Pour les commodités ça se passe soit le jour derrière un buisson (ou pas), soit le soir dans le désert à quelques centaines de mètre du bivouac en espérant qu'il n'y aura pas de pleine lune :-P. Ou bien sûr derrière un buisson. Nous avons eu droit à une douche une fois au milieu de raid et à la fin dans notre hôtel à Marrakech. Il y a aussi la solution des rivières. "Ambiance raid".

    • Si vous êtes malade
    • Une équipe de médecins français se baladent le long du raid. Un participant a même été rapatrié sur un hôpital militaire pour une appendicite. On n'a pas trop eu besoin de médecine, ouf.

    • Assistance mécanique pendant le raid
    • Il y a deux camions d'assistance mécanique sur les bivouacs. Ils ont du matériel : poste à souder, éclairage, treuil, soufflette... (en passant ils m'ont permis de recharger la batterie de mon caméscope). Mais ils n'ont pas de pièces de rechange ! Il un a 2 équipes de mécaniciens qui sont sur les pistes avec nous la journée et la nuit au bivouac : une marocaine et une française. Les français sont assez compétents. Les marocain sont un peu plus "bricolos" mais ils font un boulot de dingue et travaillent pratiquement toute les nuits quand les français se couchent à 11 h. Les mécanos marocains emportent des pièces de rechange neuves ou d'occasion. Ils les revendent si on en a besoin, n'hésitez pas à négocier.

      Tous les soirs il y a une bourse aux échanges. Ceux qui ont besoin de pièces en font la demande et ceux qui les ont les donnent. C'est un système d'entraide sous forme de troc (ou pas). On a eu besoin d'un radiateur un moment mais sur le raid, on a mis un panneau derrière la voiture et dans le 1/4 d'heure on a eu un radiateur généreusement donné. On a aussi aidé quelques équipages gracieusement. Autre anecdote : il y a eu une pénurie de pare-brises car sur la route des gens (membres du raid ou pas) ont jetés des boules de neige ce qui a cassé plein de pare-brises. Y avait-il des pierres dans les boules de neige ? Certains ont finis le raid avec des lunettes de ski...

J'espère que j'ai répondu à toutes les questions que vous pouvez vous poser, sinon laissez moi un commentaire et je complèterais la liste.